Chapitre Saint Martin

Chers randonneurs - pélerins du Camp Saint Maximilien

Que de grâces durant ces douze jours passés ensemble !... Les oraisons en montagne, la nuit d’adoration, les messes si belles (merci aux choristes et aux servants !), la marche ultime vers Notre Dame de La Salette, et cette belle amitié chrétienne qui nous a unis malgré la canicule, les rares erreurs d’itinéraire, la soif et la fatigue. Oui, pour tout cela, merci mon Dieu.

Désormais, la vie continue : n’oublions jamais cette ineffable vérité : nous sommes « fils et filles de l’Église ». Aimons l’Église sans mesure, aimons l’Église d’un « amour héroïque » selon la belle expression du Père Clérissac. Pour cela, ne visons pas moins pour nous-mêmes que la sainteté... Tel sera le meilleur service d’amour que nous pourrons rendre à l’Église.

N’hésitez pas à re-parcourir votre beau « carnet de route ». Ne craignez pas non plus de nous écrire ou de venir à l’Abbaye afin de prolonger les entretiens commencés sur l’un ou l’autre des GR... Nous serons alors ravis de vous aider.

Enfin, n’oubliez pas : rien ne se fait dans l’Église sans Marie Mère de l’Église. Priez-la filialement et fidèlement. Elle peut tout, au-delà même de ce que l’on peut concevoir. Écoutez votre patron, saint Maximilien : « Celui qui veut vivre surnaturellement et saintement doit prier la Mère de Dieu. Quand l’âme s’aperçoit qu’elle se perd dans l’activité, il faut qu’elle prenne contact avec l’Immaculée, qu’elle établisse un lien par de très fréquents appels intérieurs : Marie ! Toute notre perfection dépend de l’union très étroite de notre volonté à la volonté de l’Immaculée. » Tel est notre programme de vie.

A bientôt, sur les routes du mont Saint Michel ! Avec toute notre prière, dans le cœur de Marie, « Vos » chanoines, Pères Maximilien et Emmanuel, Frères Théophane et Gérard.